On ne croyait plus rien attendre de cette rêverie. Et pourtant ici tout nous surprend : chaque aspect musical progresse sans que l’on en ait conscience. Le rythme s’accélère peu à peu, double presque pour enfin revenir à son élan initial. Après l’introduction le thème est énoncé fidèlement pour laisser ensuite la place à des improvisations surgies d’on ne sait où, grâce à des modulations audacieuses. Celles-ci s’enchaînent sur quelques mesures laissant apparaître un thème roumain, et une cellule rythmique s’installe à mille lieues de l’introduction.

Couverture Terres Natales